Vraies hybrides et véhicules électriques

Pour commencer, la Belgique fait désormais la distinction entre ce qui est considéré comme les « vrais » véhicules hybrides et ceux qui n’en portent que le nom, soit les véhicules dont la puissance électrique est trop faible et dont les émissions sont trop élevées.

Les véhicules hybrides qui tombent dans cette dernière catégorie (voir liste ici) ne feront ainsi plus l’objet d’une déduction fiscale. Pour le reste, les émissions de CO2 vont donc peser plus lourd dans le calcul de la déductibilité fiscale. Par exemple, une Porsche Cayenne E-hybrid présentant des émissions de 70 à 74 grammes, affiche désormais 210 grammes suivant le nouveau règlement, soit l’équivalent du même modèle essence. La déduction fiscale de ce véhicule passe ainsi de 90% l’an dernier… à 40% en 2020. Pour une Mercedes C350e, la déduction fiscale passe de 100 à 54%. Les vraies hybrides restent par contre fiscalement extrêmement attractives, certains modèles comme la BMW 530e plug-in est ainsi déductible à 98%. 

Signalons que les véhicules électriques sont devenus quant à eux déductibles à 100%. En ce qui concerne les taxes d’immatriculation des véhicules électriques, celles-ci dépendent de la Région. Elles sont faibles en Wallonie et gratuites en Flandre.

Conscient de l’évolution permanente de la mobilité, Network Fleet Card entend participer à un futur qui vise la neutralité carbone tout en accompagnant les entreprises de façon durable et efficace grâce à ses solutions E-mobility. 

Grâce à la Network Fleet Card, vous accédez à un monde de services dédiés à cette mobilité nouvelle en profitant du plus grand réseau électrique en Belgique avec plus de 6.000 bornes de recharge, et 155.000 bornes en Europe.